Financier

1, 8 Md dédié au cloud computing français

L’Etat français soutient les entreprises françaises spécialisées dans le cloud et le logiciel en ligne comme OVHcloud, Scaleway ou Oustscale. Celles-ci souhaitent pourtant plus de commandes publiques. 

Le gouvernement français et l’UE allouent plus de 1, 1 Md d’euros aux entreprises françaises œuvrant dans le cloud computing. C’est un plan d’investissement qui vise à financer les innovations de la filière. Outre les 680 M d’euros annoncés par le secteur privé, le tout totalise 1, 8 Md d’euros. Prévu durer jusqu’en 2025, il comprend 667 M d’euros venant du Plan d’Investissement d’Avenir et du plan de Relance. 444 M d’euros proviennent en outre de l’Union Européenne, a annoncé le gouvernement français le 2 novembre 2021. 

Les entreprises françaises du cloud computing ne s’avouent pas vaincues

Mêmes si les entreprises européennes n’occupent que 2 % du marché de l’informatique en ligne sur le continent européen, selon un sondage, elles ne s’avouent pas vaincues. En effet, celui-ci est fortement dominé par les mastodontes américains comme Google, Microsoft et Amazon. C’est sans compter sur l’apparition de l’IA, de l’informatique quantique et de la sécurité informatique qui nécessite encore plus d’investissement. L’Etat français regrettait ainsi que les entreprises françaises n’arrivent pas à suivre le rythme. 

La France ne s’avoue pourtant pas vaincue dans cette bataille du cloud affirme un membre du gouvernement face au potentiel offert par le edge computing, le futur du cloud. En effet, l’Etat n’y aurait pas investi plus de 1 Md d’euros d’argent des contribuables s’il pense perdre. Grâce à cette technologie, la filière européenne de l’informatique en ligne a de grandes chances de générer 500 Mds d’euros de C.A. d’ici 2030.

Le secteur a besoin de plus d’investissement 

Un appel à manifestation d’intérêt a été lancé l’année dernière et auquel de nombreuses entreprises ont répondu. 23 projets sont déjà sélectionnés dont celui d’OVHcloud et celui de Platform.sh. Le premier est axé sur le développement de services en ligne d’IA sans biais culturels extra-européens. Le second vise à optimiser les ressources énergétiques à travers le cloud computing…

Derrière, d’autres entreprises déclarent avoir bien besoin d’un tel financement, mais n’en ont pas eu leur part. D’un côté, on blâme ces investissements qui permettent aux entreprises américaines travaillant dans le cloud d’accéder aux données confidentielles françaises. C’est surtout le cas lorsque ces acteurs américains collaborent avec des entreprises françaises et que celles-ci n’en récolteront qu’une infime part de bénéfices. D’un autre, plutôt que des financements, celles-ci souhaitent surtout avoir des commandes, affirme l’un de leurs représentants devant le gouvernement. 

Il appartient pourtant au droit européen de décider des commandes publiques suivant les résultats des nouvelles règles sur les achats dans l’administration selon ce dernier. C’est la preuve que l’Europe ne peut pas décider de la commande publique alors que c’est ce dont ont besoin les entreprises françaises travaillant dans le cloud. Si elles obtenaient des commandes publiques, elles n’auraient pas besoin de financements indirects dans les 5 prochaines années assure le dirigeant de l’une d’elles. 

De l’avis du gouvernement, le secteur de l’informatique en ligne français engendre 1 Md d’euros de CA par an. Grâce à ce plan, il en compte multiplier par 2 les bénéfices jusqu’en 2025. 

Financier

1, 8 Md dédié au cloud computing français

Privacy Settings
We use cookies to enhance your experience while using our website. If you are using our Services via a browser you can restrict, block or remove cookies through your web browser settings. We also use content and scripts from third parties that may use tracking technologies. You can selectively provide your consent below to allow such third party embeds. For complete information about the cookies we use, data we collect and how we process them, please check our Privacy Policy
Youtube
Consent to display content from Youtube
Vimeo
Consent to display content from Vimeo
Google Maps
Consent to display content from Google
Spotify
Consent to display content from Spotify
Sound Cloud
Consent to display content from Sound